ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT

BIENVENUE CHEZ DANIEL ROBERT !!!! TOUT EST POUR VOUS ET PAR VOUS ICI ... BONNE PROMENADE !!!
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AVOIR JUSTE UN PEU DE SILENCE ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: AVOIR JUSTE UN PEU DE SILENCE ...   Mer 3 Aoû - 18:30








Le monde du silence




Écoutez le silence, vous finirez par vous entendre ! L’absence de bruit apaise, ressource. Cela permet de se regarder réellement en face… pour mieux rebondir.




C'est la dernière tendance de la nuit ! Après le speed-dating (rencontre express), voici venue la «quiet party», la soirée silencieuse. Le principe est simple : nulle parole ne doit troubler le silence imposé à tous les participants. Les discussions et les rencontres se font par écrit, papier et stylo étant remis à l’entrée. C’est le grand retour du billet doux ! Nées à New York en 2002, ces soirées d’un nouveau genre voient le jour dans de nombreuses villes. Elles ont débarqué à Paris fin 2003 (1).
Derrière le phénomène de mode mondain, les «quiet parties» témoignent du besoin croissant de silence et de la difficulté de vivre dans le monde particulièrement sonore qui est le nôtre. En ville, le bruit des voitures nous assaille dès que l’on pointe le bout de son nez dehors. Dans les magasins, il est devenu exceptionnel de ne pas avoir à subir un fond musical, généralement insipide. Côté boulot, tout dépend de l’activité. Mais même pour ceux qui ont la chance de travailler dans un bureau isolé, le simple bruit d’un ordinateur, l’air de rien, finit par peser. Il suffit d’éteindre son PC ou son Mac pour le constater ! Enfin, à la maison, nous sommes nombreux à allumer télé ou radio à peine rentrés, sans même la regarder ou l’écouter, mais juste pour avoir un fond sonore. Quant aux cafés, restaurants et autres boîtes, le niveau sonore y est bien souvent assourdissant.


«Il est ainsi devenu très difficile de vivre aujourd’hui dans un endroit vraiment silencieux, explique David Le Breton, sociologue et auteur d’un livre (2) consacré au silence. Même en pleine forêt, vous devez subir le bruit des 4x4 ou les sonneries des téléphones portables.»
Publicité




L’effet narcotique du bruit




Pourtant, le bruit agresse ; il est aujourd’hui considéré comme l’un des principaux fléaux quotidiens de la vie moderne. Ses effets néfastes ont été démontrés par de nombreuses études : le bruit altère la qualité du sommeil, même s’il n’empêche pas de dormir, et il est associé à de nombreux troubles somatiques et psychologiques.

Dans le même temps, le bruit est un refuge. Notamment parce que le silence a tendance à faire peur. Qui n’a pas éprouvé un sentiment de malaise lorsque le silence s’installe dans une conversation ? Comme si l’absence de paroles constituait une menace. D’ailleurs, à l’image de «l’ange (qui) passe» après un arrêt de la conversation, le silence est souvent associé à l’angoisse et à la mort. On parle ainsi d’un «silence de mort» ou du «silence avant la tempête».

Le bruit est également un paravent dans une société qui en demande toujours plus à l’individu: vitesse, mouvement, efficacité, rendement, nous sommes pris les uns et les autres dans un tourbillon d’exigences. Le bruit, à l’exemple de la télé laissée allumée en sourdine, altère les pensées et la volonté. «II réduit les capacités de concentration et possède un effet narcotique, explique David Le Breton. Il évite de se poser des questions, d’entrer dans la profondeur des choses.» Pour ce dernier, le bruit n’est pas autre chose que l’arbre qui cache notre forêt intérieure.







Une épreuve de vérité







Mais d’abord, qu’est-ce que le silence ? En fait, il n’y a pas un, mais des silences. Il se présente sous de multiples formes, chacun ayant ses préférences, liées à ses goûts et à son histoire. Contrairement à ce que l’on imagine souvent, le silence n’est pas le degré zéro du son, il n’est jamais absolu. Même au milieu du désert, il y a des bruits, comme celui du vent et du sable. Le silence pourrait être défini par l’absence de sons liés à l’activité humaine et par la présence de ceux naturels, agréables et dont on n’a pas forcément conscience : le clapotis d’un ruisseau, le bruissement des feuilles, le jeu du vent dans l’herbe… Des sons qui nous renvoient à des images de calme, de bien-être et de paix. C’est là d’ailleurs la première vertu du silence, celle qui est immédiatement accessible, d’être apaisant et relaxant.

Mais plonger dans le silence permet surtout de se retrouver face à soi-même. Il nous conduit peu à peu à devoir affronter toutes ces pensées, toutes ces interrogations, toutes ces tensions que l’on a tendance à éluder à longueur de temps et qui, pourtant, nous accompagnent et souvent nous font souffrir. «Le silence est une épreuve de vérité, explique ainsi David Le Breton. Il nous contraint à réellement nous confronter à nous-même et ce, toujours pour le meilleur. Même si nous affrontons des situations compliquées ou douloureuses, le simple fait de les voir en face permet de mieux les comprendre et donc de rebondir plus facilement. On sort toujours renforcé du silence. À condition de s’y plonger assez longtemps. Cinq minutes de silence apaisent, plusieurs heures ou jours sont nécessaires pour atteindre son intériorité.




Marche ou retraite



Le silence constitue donc un bon moyen de se ressourcer. Reste à savoir comment le trouver dans un monde aussi bruyant que le nôtre. La solution de l’abri antiatomique creusé sous la cave de votre immeuble n’est certainement ni la plus accessible ni la plus zen. Le plus simple est en fait de s’éloigner des lieux de bruit, donc essentiellement des villes. Vous pouvez ainsi vous programmer un week-end dans un gîte rural, sans télé ni radio, portable et ordinateur. Juste vous avec vous. Profitez-en pour vous balader dans les environs. Les amoureux du silence sont souvent des marcheurs. Rien de mieux qu’une randonnée en forêt, en montagne ou en bord de mer pour profiter à fond des vertus du silence. On rentre fatigué mais apaisé. D’ailleurs, de plus en plus de groupes de randonneurs organisent aujourd’hui des marches silencieuses. On parle avant et après, mais pas pendant ! Seul le son des pas rythme les pensées.


Les escapades dans le désert sont également très prisées des chercheurs de silence. Par son extrême dépouillement, le désert «lave la tête» et permet de se recentrer sur l’essentiel.


Un autre bon moyen de plonger dans le silence est de s’organiser une retraite. De nombreux monastères, temples ou domaines proposent de tels séjours, à vocation plus ou moins spirituelle, et de durée variable (3). L’objectif n’est pas forcément de rester bouche et oreilles closes en permanence, mais de disposer de plages de silence, qu’il s’agisse de recueillement, de prière ou de méditation. On peut d’ailleurs remarquer que, sur tous les continents et dans toutes les cultures, les lieux de spiritualité sont toujours des endroits privilégiant le silence. Ce qui illustre bien combien ce dernier est propice à la réflexion et à l’introspection.
Et si vous n’avez ni le temps ni l’envie de quitter la ville, accordez-vous des pauses de silence en visitant les jardins publics, les églises et les cimetières. Ou organisez une «quiet party» (avant que cela ne soit plus tendance) !



(1) www.quiet-party.com
(2) Du silence, David Le Breton, Editions Métailié, 1997.
(3) Le Guide Saint-Christophe (Malesherbes Publications) propose de nombreux lieux de retraite d’obédience chrétienne.



Les guides féminins - 01/03/2004

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
 
AVOIR JUSTE UN PEU DE SILENCE ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black&White | Juste Black ca fait ^^
» Impossible d'avoir une seule fenêtre a chaque action
» Plus moyen d'avoir la bonne taille d'avatar... :'(
» avoir de beaux oeillets
» comment avoir accès à la mémoire de masse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT :: * * * * HISTOIRE D'AIMER * * * * :: UN COIN DE REVOLTE !!!-
Sauter vers: