ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT

BIENVENUE CHEZ DANIEL ROBERT !!!! TOUT EST POUR VOUS ET PAR VOUS ICI ... BONNE PROMENADE !!!
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:21








Attendez que ma joie revienne





Attendez que ma joie revienne
Et que se meure le souvenir
De cet amour de tant de peine
Qui n'en finit pas de mourir.
Avant de me dire je t'aime,
Avant que je puisse vous le dire,
Attendez que ma joie revienne,
Qu'au matin je puisse sourire.



Laissez-moi. Le chagrin m'emporte
Et je vogue sur mon délire.
Laissez-moi. Ouvrez cette porte.
Laissez-moi. Je vais revenir.
J'attendrai que ma joie revienne
Et que soit mort le souvenir
De cet amour de tant de peine
Pour lequel j'ai voulu mourir.
J'attendrai que ma joie revienne,
Qu'au matin je puisse sourire,
Que le vent ait séché ma peine
Et la nuit calmé mon délire.



Il est, paraît-il, un rivage
Où l'on guérit du mal d'aimer.
Les amours mortes y font naufrage,
Epaves mortes du passé.
Si tu veux que ma joie revienne,
Qu'au matin, je puisse sourire
Vers ce pays où meurt la peine,
Je t'en prie, laisse-moi partir.
Il faut de mes amours anciennes
Que périsse le souvenir
Pour que, libérée de ma chaîne,
Vers toi, je puisse revenir.



Alors, je t'en fais la promesse,
Ensemble nous irons cueillir
Au jardin fou de la tendresse
La fleur d'amour qui va s'ouvrir
Mais c'est trop tôt pour dire je t'aime,
Trop tôt pour te l'entendre dire.
La voix que j'entends, c'est la sienne.
Ils sont vivants, mes souvenirs.
Pardonne-moi : c'est lui que j'aime.
Le passé ne veut pas mourir.




BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:27








Du bout des lèvres




Dites-le-moi du bout des lèvres.
Moi, je l'entends du bout du cœur.
Moins fort, calmez donc cette fièvre.
Oui, j'écoute.

Oh, dites-le-moi doucement.
Murmurez-le-moi simplement.
Je vous écouterais bien mieux
Sans doute

Si vous parlez du bout des lèvres.
J'entends très bien du bout du cœur
Et je peux continuer mon rêve,
Mon rêve.

Que l'amour soit à mon oreille,
Doux comme le chant des abeilles,
En été, un jour, au soleil,
Au soleil.

Regarde, dans le soir qui se penche
Là-bas, le voilier qui balance.
Qu'elle est jolie, sa voile blanche
Qui danse.

Je vous le dis du bout des lèvres :
Vous m'agacez du bout du cœur.
Vos cris me dérangent, je rêve,
Je rêve.

Venez donc me parler d'amour
A voix basse, dans ce contre-jour
Et faites-moi, je vous en prie,
Silence.

Prenons plutôt le soir qui penche,
Là-bas, ce voilier qui balance.
Qu'elle est jolie, sa voile blanche
Qui danse.

Je vous dirai du bout des lèvres :
"Je vous aime du bout du cœur."
Et nous pourrons vivre mon rêve
Mon rêve...



BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:34






L'ile aux mimosas





Il y a si peu de temps,
Entre vivre et mourir,
Qu'il faudrait bien pourtant,
S'arrêter de courir,

Toi que j'ai souvent cherché,
A travers d'autres regards,
Et si l'on s'était trouvés,
Et qu'il ne soit pas trop tard,
Pour le temps qui me reste à vivre,
Stopperais-tu ta vie ivre,
Pour pouvoir vivre avec moi,
Sur ton île aux mimosas,
Et comme deux chevaux,
Courant dans la prairie,
Et comme deux oiseaux,
Volant vers l'infini,
Et comme deux ruisseaux,
Cherchant le même lit,
Nous irions dans le temps,
Droits comme des roseaux,
Quand sous le poids des ans,
Nous courberions le dos,
Ce serait pour mieux boire,
Ensemble à la même eau,

Et si tu m'avais cherchée,
De soir en soir, de bar en bar,
Imagine que tu m'aies trouvée,
Et qu'il ne soit pas trop tard,
Pour le temps qu'il me reste à vivre,
J'amarrerais mon piano ivre,
Pour pouvoir vivre avec toi,
Sur ton île aux mimosas,
Nous aurions la fierté,
Des tours de cathédrales,
Et nous serions plus près,
Du ciel et des étoiles,
Nous saurions le secret,
Des aurores boréales,
Il y a si peu de temps,
Entre vivre et mourir,
Qu'il faudrait bien pourtant,
S'arrêter de courir,
Et prendre un peu de temps,
De voir les fleurs s'ouvrir,
De voir les fleurs s'ouvrir,

Toi que j'ai souvent cherché,
A travers d'autres regards,
Et si l'on s'était trouvés,
Et qu'il ne soit pas trop tard...



BARBARA






_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:39







L'amour magicien




Toi, au bout de ma vie,
Au bout de mes nuits,
Quand tout est fini,
Toi, que viens-tu chercher,
A l'heure où mes lampions
S'éteignent,
S'éteignent ?

Toi, mais que me veux-tu
Et que cherches-tu
Au fond de mes yeux
Fatigués,
Fatigués ?

Vois, mes lampions s'éteignent.
Ma fête est finie.
Il faut t'en aller.

Je savais que, quelque part,
Tu existais
Mais tu viens si tard.
Je le savais
Que tu serais pareil à mon rêve
Avec tes mains douces
Sur mon poignet,
Tes yeux, mes vagues pour m'y noyer.
Ô magicien, magicien,
Tu m'as redonné la lumière.
Ma fatigue est un oiseau blanc
Qui survole tes océans.
Magicien, magicien,
Je retrouve le goût de vivre

Mais trop tard.
Tu me viens trop tard.
Au bout de ma vie,
Tu vois, c'est fini
Et rien, rien n'y pourra rien.
Je m'arrête ici.
Toi, tu vas plus loin.

Tu sais, au bout de ma vie,
Et de tant de nuits
Passées à dire
Je t'aime, je t'aime,
Un jour,
Il fallait qu'un jour,
Pour moi, ce soit la fin du voyage
Et c'est le bout de ma vie,
Le bout de mes nuits

Et puis c'est fini.
Rien, rien, tu n'y peux plus rien,
Amour magicien.
Passe ton chemin.

Au bout de ma vie,
Et c'est fini, fini.
Rien, tu n'y pourras rien.
Mes lampions s'éteignent.
Ma fête est finie...



BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:43







La colère





Tu bouges, tu bouges ?
Je ne bougerai pas, j'attends
Et rouge, et rouge,
Une flamme s'en va, dansant
Et soudain, c'est la terre
Qui s'ouvre, qui s'ouvre,
Vocifère ta colère, qui claque, éclate.
Tu bouges, tu bouges.
Moi je ne bouge pas, j'attends.

Tu tonnes, résonnes.
Le bruit de tes cris, maintenant.
Tu casses, agaces.
Le temps a suspendu son temps.
Tu armes tes armes, tu guettes mes larmes
Et je reste de glace,
Méfiante, prudente.
Tes armes, tes drames
Ne m'alarmeront pas, j'attends

Et je guette, je guette.
Je vais saisir entre mes dents.
Je guette, je guette
L'instant où tu vas, pantelant,
Reprendre ton souffle, ton souffle
Qui s'essoufle, s'essoufle.
Ça ne tardera pas, attends.

Alors, alors
Démente mais lente, je me déplace lentement.
Mes hanches balancent.
J'ai un couteau entre mes dents.
Ma bouche, si douce, crache le feu et les serpents,
La folie, la furie.
Je hurle vengeance.
Je n'épargnerai rien, attends.

La terre, la terre
S'ouvre, s'ouvre.
C'est fini, c'est fini.
Je ne veux plus de nous, va-t'en.
Va-t'en, va-t'en...

Tu bouges, tu bouges ?
Je ne bougerai pas, j'attends
Et rouge, et rouge,
Une flamme s'en va, dansant
Et soudain, c'est la terre
Qui s'ouvre, qui s'ouvre,
Vocifère ta colère, qui claque, éclate.
Tu rages, orages.
Je te regarde et je t'attends.

Tourmente, tourmente,
Ta colère va grandissant.
Géante, violente,
Ta furie dévaste le temps.
Tu armes tes armes, tu guettes mes larmes,
Injuries, incendies.
Je ne bougerai pas, j'attends.

Je guette, je guette.
Je vais saisir entre mes dents.
Je guette, je guette, l'instant où tu vas, pantelant,
Reprendre ton souffle, ton souffle qui s'essoufle,
Ton souffle s'essoufle, ça ne tardera pas, attends.

Alors, alors ?
Je bouge, je bouge, je me déplace lentement
Et rouge, et rouge,
Une flamme s'en va dansant
Et soudain, c'est l'enfer
Qui s'ouvre, s'ouvre,
Vocifère ma colère
Qui claque, éclate.
Je bouge, je bouge,
Tu me regardes, attends,
Démente, violente, comme la foudre et l'ouragan
Géante, géante,
Ma folie dévaste le temps.
J'injurie, j'incendie.
C'est fini, c'est fini.
Je ne veux plus de nous, va-t'en,
Va-t'en, va-t'en...




BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 15:51







Les insomnies






A voir tant de gens qui dorment et s'endorment à la nuit,
Je finirai, c'est fatal, par pouvoir m'endormir aussi.
A voir tant d'yeux qui se ferment, couchés dans leur lit,
Je finirai par comprendre qu'il faut que je m'endorme aussi.



J'en ai connu des grands, des beaux, des bien bâtis, des gentils
Qui venaient pour me bercer et combattre mes insomnies
Mais au matin, je les retrouvais, endormis dans mon lit
Pendant que je veillais seule, en combattant mes insomnies.



A force de compter les moutons qui sautent dans mon lit,
J'ai un immense troupeau qui se promène dans mes nuits.
Qu'ils aillent brouter ailleurs, par exemple, dans vos prairies.
Labourage et pâturage ne sont pas mes travaux de nuit,



Sans compter les absents qui me reviennent dans mes nuits.
J'ai quelquefois des vivants qui me donnent des insomnies
Et je gravis mon calvaire, sur les escaliers de la nuit.
J'ai déjà connu l'enfer, connaîtrai-je le paradis ?



Le paradis, ce serait, pour moi, de m'endormir la nuit
Mais je rêve que je rêve qu'on a tué mes insomnies
Et que, pâles, en robe blanche, on les a couchées dans un lit
A tant rêver que j'en rêve, les revoilà, mes insomnies.



Je rôde comme les chats, je glisse comme les souris
Et Dieu, lui-même, ne sait pas ce que je peux faire de mes nuits.



Mourir ou s'endormir, ce n'est pas du tout la même chose.
Pourtant, c'est pareillement se coucher les paupières closes.
Une longue nuit, où je les avais tous deux confondus,
Peu s'en fallut, au matin, que je ne me réveille plus.



Mais au ciel de mon lit, y avait les pompiers de Paris.
Au pied de mon lit, les adjudants de la gendarmerie.
Ô Messieurs dites-moi, ce que vous faites là, je vous prie.
Madame, nous sommes là pour veiller sur vos insomnies.



En un cortège chagrin, viennent mes parents, mes amis.
Gravement, au nom du Père, du Fils et puis du Saint-Esprit,
Si après l'heure, c'est plus l'heure, avant, ce ne l'est pas non plus,
Ce n'est pas l'heure en tout cas, mais grand merci d'être venus.



Je les vois déjà rire de leurs fines plaisanteries,
Ceux qui prétendent connaître un remède à mes insomnies.
Un médecin pour mes nuits, j'y avais pensé, moi aussi.
C'est contre lui que je couche mes plus belles insomnies.



A voir tant de gens qui dorment et s'endorment à la nuit,
J'aurais fini, c'est fatal, par pouvoir m'endormir aussi
Mais si s'endormir c'est mourir, ah laissez-moi mes insomnies.
J'aime mieux vivre en enfer que dormir en paradis.
Si s'endormir c'est mourir, ah laissez-moi mes insomnies.
J'aime mieux vivre en enfer que de mourir en paradis...



BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   Sam 13 Aoû - 16:00







Paris, 15 août






Paris, 15 août, Paris, 15 août,
Nous aurions pu l'avoir tout à nous.
Paris est désert en ce moi d'août,
Mais tu es parti, en Espagne.

Je le sais bien, tu n'y peux rien :
Tes enfants ont besoin de vacances
Et chaque mois d'août, ça recommence.
Tu pars avec eux, en Espagne.

Je t'imagine et je devine
Que pour moi, mon amour, tu t'inquiètes.
Je sais bien que, parfois, tu t'embêtes
Avec ta famille, en Espagne.

Il n'y a pas, il n'y a pas
Que ceux qui s'aiment et qui s'émerveillent,
Que ceux qui rêvent d'aller au soleil
Qui s'en vont ensemble, en Espagne

Et tous ceux-là, qui comme moi,
Chéri, ont des amours clandestines,
Ceux qui, au départ, font grise mine
Attendent leur retour, en Bretagne...



BARBARA

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
BARBARA .... UNE GRANDE DAME ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dame Tortue
» Dame à la fourrure
» La largeur de mon portail est trop grande comparativement à ma bannière
» jeu de dame entre membres du forum
» Tableaux : Plusieurs cellules le long d'une grande cellule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT :: * * * * HISTOIRE D'AIMER * * * * :: L'ART DU PARTAGE... ET PARTAGE DE L'ART...-
Sauter vers: