ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT

BIENVENUE CHEZ DANIEL ROBERT !!!! TOUT EST POUR VOUS ET PAR VOUS ICI ... BONNE PROMENADE !!!
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA RECESSION ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michèle
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 782
Ville : NICE
Profession : fonctionnaire
Loisirs : l art, la deco, la poesie, lecture, la peinture etc...
Date d'inscription : 05/03/2005

MessageSujet: LA RECESSION ...   Ven 30 Nov - 17:17

La peur de la récession s'installe aux Etats-Unis
LE MONDE | 30.11.07 | 14h29 • Mis à jour le 30.11.07 | 14h29
NEW YORK CORRESPONDANT
Consultez les dossiers, l'analyse approfondie des grands sujets d'actualité.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts










a Réserve fédérale américaine (Fed) se prépare à un ralentissement économique aux Etats-Unis. En son sein, le débat entre les partisans d'une troisième baisse en trois mois de ses taux directeurs - d'un quart, voire d'un demi-point - et leurs opposants a été vraisemblablement tranché. Les seconds expliquaient qu'une nouvelle baisse du loyer de l'argent ferait courir un risque inflationniste trop dangereux pour l'activité et l'emploi. Les premiers plaidaient à l'inverse que c'est le seul moyen d'éviter un effondrement rédhibitoire du volume du crédit, et donc de l'activité. Mais les deux camps s'accordent quant au pronostic : éviter une récession qui pointe.


La croissance américaine devrait fortement ralentir
Si les craintes de récession augmentent aux Etats-Unis, paradoxalement, la croissance a été nettement révisée en hausse au troisième trimestre à un rythme annuel de 4,9 % contre 3,9 % pour l'estimation initiale. De juillet à septembre, la conjoncture américaine a été notamment dopée par la progression des exportations. Mais la fin de l'année s'annonce beaucoup plus difficile.

De nombreux économistes anticipent au quatrième trimestre une progression du PIB (produit intérieur brut) inférieure à 1 % en rythme annuel. Illustration, les inscriptions au chômage ont atteint la semaine dernière leur plus haut niveau depuis février. Pour 2008, la Maison Blanche a révisé jeudi en baisse à 2,7 % contre 3,1 % sa prévision de croissance.

[-] fermer



Le patron de la Fed, Ben Bernanke, penchait clairement pour la première option : tenir bon. Mercredi 28 novembre, son vice-président, Donald Kohn, avait à l'inverse laissé entendre que la Fed déciderait, le 11 décembre, de procéder à une nouvelle baisse de ses taux. Certains analystes avaient perçu cette déclaration inopinée comme une tentative de "forcer la main" de M. Bernanke. S'exprimant jeudi soir, ce dernier a paru se ranger à l'opinion de ses adversaires. "La prévision économique est toujours difficile", a-t-il admis.

L'aggravation annoncée de la crise du crédit, le marasme immobilier et le prix du baril lui font désormais craindre "des vents contraires aux consommateurs dans les mois à venir", ce qui devrait "affecter de manière importante les perspectives économiques" aux Etats-Unis, notamment "la croissance", révisée à la baisse jeudi par la Maison Blanche pour 2008. La Fed devra se montrer "exceptionnellement vigilante et flexible", a déclaré M. Bernanke. Flexible ? Le terme semble indiquer que l'homme qui, à la mi-octobre, était déterminé à ne plus baisser les taux s'y est résolu. La Fed n'entend pas, expliquait la veille M. Kohn, "prendre la première économie mondiale en otage" dans le seul but de "punir quelques spéculateurs". Wall Street l'avait ovationné.

Le paradoxe est que les "fondamentaux" américains - croissance, prix, emploi, consommation... - restent solides. Jeudi, la croissance américaine au troisième trimestre (+ 4,9 % en rythme annuel) a été révisée à la hausse d'un point.

Un chiffre "conjoncturel" dû à la faiblesse du dollar, qui dope les exportations et plus encore à "la reconstitution des stocks" des entreprises, juge l'économiste de Goldman Sachs Andrew Tilton. "Le chiffre annoncé suggère que la production a excédé la demande, et devrait donc régresser au dernier trimestre. Il constitue un signe négatif pour la future croissance", assure-t-il.

Et les indicateurs de l'économie réelle sont de peu de poids devant l'impalpable, en premier lieu le "moral" des consommateurs. De plus en plus d'Américains croient que leur pays "entre en récession". Leurs "attentes" quant à l'évolution de la situation économique n'ont pas été aussi basses depuis 1991. La situation de l'immobilier devient très préoccupante. Parce que, malgré la chute des prix, les ventes régressent (- 1,7 % sur le dernier trimestre, - 10 % dans des villes comme San Diego ou Detroit sur un an). Mais surtout parce que la crise du crédit des particuliers touche désormais les entreprises.

L'encours des prêts à long et court terme qui leur sont accordés a chuté depuis août de 9,1 % (de 3 300 milliards de dollars à 3 000 milliards). Les grandes entreprises craignent d'être limitées dans leurs capacités d'investissement, surtout dans le domaine (très coûteux) des fusions et acquisitions. D'ores et déjà, les PME, qui génèrent 80 % des créations d'emploi aux Etats-Unis, sont confrontées à des difficultés d'accès au crédit.

Là réside, pour la majorité des économistes, la principale menace. "Quand le crédit se resserre, dit M. Tilton, les entreprises limitent leur expansion." Investissements gelés, projets abandonnés, les inquiétudes se concentrent sur l'emploi. Certes, les Etats-Unis en créent toujours plus qu'ils n'en perdent. Mais le nombre de créations d'emplois est en baisse régulière. Il progressait à un rythme de 7,5 % en 2006. Il est tombé à 6,5 %. Un niveau tout juste suffisant, selon la FED, pour compenser la croissance démographique naturelle du pays.

Sylvain Cypel
Article paru dans l'édition du 01.12.07.

_________________
Michèle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiredaimer.fr
 
LA RECESSION ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ELECTRONIQUE ET INFORMATIQUE DE CHEZ DANIEL ROBERT :: * * * * HISTOIRE D'AIMER * * * * :: UN COIN DE REVOLTE !!!-
Sauter vers: